Chargement...

Le sport pour combattre les stéréotypes filles-garçons

 

Ce lundi, dans le cadre du Prix européen pour l’intégration sociale par le sport, qui a distingué le programme Playdagogie, PLAY International a organisé  une journée-débat marquée par trois temps forts: séance de co-création de nouveaux jeux éducatifs et ludiques sur la question du genre (le matin), la mise en pratique de ces jeux (l'après-midi), et pour clôturer cette journée, une conférence sur le thème : «Le sport pour combattre les stéréotypes filles-garçons».

 

 

 

Session de co-création et test

 

La matinée a réuni les équipes pédagogiques de PLAY International et de la ville de Lomme pour partager un temps de création de jeux à destination des enfants sur le temps périscolaire. Les messages éducatifs des jeux Playdagogie ont porté sur l'éducation aux médias et aux stéréotypes qu'ils véhiculent mais aussi sur une approche sensible de la mixité à travers la parité et l'égalité des chances.

 

A la suite de cette séance de co-création, les deux jeux ont été testés l’après-midi en présence de 22 enfants de cycle 2 et 3 et Laurence Fischer, triple championne de monde de karaté.

 


 

Conférence, le sport pour combattre les stéréotypes filles-garçons

 

Pour clôturer cette journée, une conférence a été co-organisée avec la ville de Lomme. Une problématique qui abordait les sujets liés aux stéréotypes, aux discriminations, aux préjugés relatifs au genre.

 

La conférence a été introduite par le Maire de Lomme, Monsieur Roger Vicot.

 

Un cadrage sociologique par Béatrice Barbusse, Maître de conférence à l'Université Paris Est Créteil, a été réalisé permettant de clarifier les définitions de préjugé, discrimination, stéréotype et leurs différents degrés d'exclusion.

 

 

Présidente du CNDS, Béatrice Barbusse est une femme engagée dans le sport depuis plus de 30 ans. Ancienne handballeuse de haut-niveau, ex-présidente de l’US Ivry, co-responsable du plan de féminisation de la Fédération française de handball, Béatrice a répondu aux questions autour de la construction sociale et des représentations sociales des hommes et des femmes.

 

Les stéréotypes de genre persistent dans le sport et continuent de produire des discriminations fondées sur le sexe. Ils reproduisent à l'âge adulte les inégalités entre les femmes et les hommes (salaire ou carrière, par exemple). Selon l'Indice d'égalité de genre (2012) de l'Union européenne, plus de la moitié (52%) des Européens considèrent que les inégalités entre les hommes et les femmes sont un problème « sérieux » dans leur pays.

 

 

La parole a ensuite été donnée à Laurence Fischer, ancienne Karatéka française qui a remporté de nombreuses compétitions internationales, dont 3 championnats du monde de karaté. Elle est l'une des ambassadrices de l'association PLAY International depuis 2003 auprès de laquelle elle s’est engagée pour la cause des femmes afghanes. Elle est diplômée du Master of sciences Manager ESSEC et consultante ESSEC sur le sport.

 

En quoi et pourquoi les stéréotypes de genre sont-ils nombreux dans l’univers sportif ? On parle souvent de sports adaptés, voire réservés, aux hommes. Laurence Fischer a pu témoigner de son expérience de sportive de haut-niveau de Karaté, où l'environnement y est très masculin. Elle a part-ailleurs partagé sa mission terrain en Afghanistan lors de laquelle elle a pu apprendre aux jeunes filles afghanes la pratique du karaté. L'objectif des séances était de leur permettre de s'émanciper, se défendre et surmonter un traumatisme.

 

 

Enfin, Maxime Péron, éducateur référent de la Ville de Lomme nous a expliqué comment concrètement sur le terrain il aborde les problématiques de genre. Maxime s’engage pour l‘éducation dans la ville de Lomme en tant que référent des temps périscolaires et chef de centre sportif. Titulaire d’un BPJEPS activité pour tous, il utilise la méthode Playdagogie depuis 2015. il a également un rôle de référent pour PLAY International lors de grand évènement pour former des utilisateurs et créer des contenus pédagogiques. A travers l'utilisation de la Playdagogie, et en particulier du kit Filles-Garçons, il a pu mettre en place un cycle de séances pour sensibiliser les enfants de la ville de Lomme à la discrimination de genre.

 

 

 

La Playdagogie récompensée dans la catégorie "Promotion de l'égalité des genres"

 

Reconnu pour son aspect novateur et son efficacité, le programme Playdagogie a été récompensé. Au mois de juillet 2016, il a permis à PLAY International de remporter le Prix européen pour l’intégration sociale par le sport mis en place par Efus (European Forum for Urban Security), dans la catégorie "Promotion de l'égalité des genres". Cinq projets ont été récompensés parmi plus de 200 candidatures venues de 22 pays et évaluées par un jury européen. Comme l’a rappelé Elizabeth Johnston, déléguée générale de l’Efus, lors de la cérémonie, “ce prix a pour but de faire émerger des initiatives qui, par le biais du sport, contribuent à l’intégration sociale par l’enseignement de valeurs telles que le respect et la tolérance.”

 

 

 

PLAY International remercie:

La Ville de Lomme

EFUS European Forum for Urban Security

Carla Napolano, Monsieur Roger Vicot, Béatrice Barbusse, Laurence Fischer et Maxime Péron

 

  

Recherche